Le soldat de Don McCullin

Cette image me fascine. Elle m’immobilise.
Non pas que mon regard ne circule pas dans cet espace pourtant hautement contraint. Au contraire. Il est paradoxalement actif, dans un mouvement incessant qui lui donne l’illusion de la liberté. Pourtant il est confiné, enfermé dans un face-à-face désespéré. Pourquoi désespéré ? Je verrai après.
Un regard qui ne me regarde pas, qui ne regarde peut-être personne d’ailleurs, égaré, hébété de fatigue, de peurs accumulées. Un regard presque soustrait par l’ombre du casque. Un nez droit, une mâchoire carrée, une plastique de statuaire de monument aux morts que la sensualité, la pulpe des lèvres ourlées puissamment dessinées par la lumière vient déranger. Bouche charnue, charnelle, irriguée, vulnérable, pas vraiment faite pour rentrer dans l’Histoire, tout le contraire des soldats de pierre. Ces traits lumineux qui soulignent les lèvres, relayés par l’éclat sur la bosse du menton pourraient clore l’image sur ce seul visage tant avec la ligne du casque ils dessinent un espace circulaire autonome. Il y aurait eu là matière à un portrait resserré en format carré. Frontal, presque brutal. Mais ce n’est pas le choix qu’a fait Don McCullin.
Il a choisi un plan plus large, terriblement maîtrisé et écrit. Le regard du spectateur échappe au vice du cercle. Il glisse avec une douceur surprenante dans un glissement tendre, un abandon mélancolique, de la mâchoire au pli du col, du pli du col à la fermeture- éclair, de la fermeture-éclair au bracelet de la montre, effleurant le canon du fusil perçu presque comme une canne inoffensive et bienvenue, puis il descend encore du bracelet aux mains sales. Il remonte alors et le canon du fusil apparaît maintenant comme une tige menaçante au bout de laquelle éclot un visage, fleur tragique et fragile.
Une légère anamorphose donne l’impression que la tête est un peu disproportionnée, trop grosse sur un corps un peu rétréci, recroquevillé, clos sur lui-même, s’enveloppant de ses propres bras pour se conserver de tout ce qui n’est pas lui, du dehors dont on ne perçoit qu’une vive lumière et quelques vagues silhouettes à l’arrière plan ?
Cette déformation provoque dans ce portrait statique un double mouvement et une double lecture.
Du haut vers le bas, je perçois un rétrécissement, une réaction incontrôlable du corps transi. D’humidité, de froid, d’effroi ? On est dans l’ordre de la sensation, de l’expérience, de l’empathie. On a envie de prendre cet homme sur ses genoux à la manière compassionnelle d’une Piéta. Ou dans ses bras à la manière tendre et rassurante d’une mère.
Du bas vers le haut, je perçois une floraison vénéneuse, un élargissement tragique, une éclosion de barbarie. On est dans l’ordre de la réflexion, de la connaissance, de l’allégorie. C’est donc ça que produit la guerre, cette fleur d’hébétude d’après la terreur, quand l’homme revenu de l’animalité du combat n’a plus la force ni le désir ni même l’idée de se nommer ?
Et pour finir, le bouton-pression en bas à droite qui répond au bouton-pression du col. Comme un point final en bas de page pour clore la narration d’un voyage visuel. Mais le bouton d’en bas renvoie à celui du milieu de l’image et le voyage impuissant recommence encore et encore.
Impuissant parce que je ne peux rien pour lui. Je suis devant une image. Et le temps de cet homme n’est pas le mien. Son épuisement et ma compassion ne se rencontreront jamais. Peut-être de là, ce désespoir dont je parlais au début. Je n’ai jamais été aussi proche d’un soldat épuisé et je ne peux rien faire pour lui. Malgré cette proximité émotionnelle, dont la photographie sait plus sûrement que le cinéma dire la vanité, trop de temps et d’espace nous séparent. Il m’aura touchée mais je ne l’atteindrai jamais. Chienne de photographie !…
Et vous ? Il vous fait quoi, ce soldat ?…

Roselyne Bergé-Sarthou / Juillet 2017

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

Journées du reportage à Bourisp

Publié dans Exposition | Commentaires fermés

Prochain atelier

Le prochain atelier se tiendra le jeudi 11 mai à partir de 17h30. N’hésitez pas à amener vos photos ou bien à venir jeter un œil. Portez aussi un ou 2 tirages pour exposer au forum des associations.

Publié dans Activité, Réunion | Commentaires fermés

Exposition de Thomas Déjeammes « Tu veux dire qu’on s’est perdu? »

« Cette série photographique est issue d’un travail en cours commencé en 2012 dans la région des Hautes-Pyrénées avec comme épicentre les Baronnies, région rurale de moyenne montagne. Ici résonne la rugosité de la nature et les tentatives de l’homme pour y habiter. Rien ne semble se passer, rien ne semble bouger, jusqu’au moment où le vivant surgit. Ici le regard se tourne inlassablement vers les montagnes, se terre dans les forêts, scrute les entrées des grottes et cherche son passage. Le sensible grouille de nouveau et questionne l’anesthésie lumineuse de nos grandes villes. Nous sommes-nous perdus ? Cette question plongeant dans l’intime et le personnel apparaissent face à l’immensité et la densité de ces paysages. » (Thomas Déjeammes)

 

 

Publié dans Activité, Exposition | Commentaires fermés

Travail photographique au collège de Vic

4 membres de l’association sont intervenus auprès de collégiens de la cité scolaire Pierre-Mendès-France à Vic, pour aider à réaliser des photographies illustrant des nouvelles sur le thème de la cour de récréation.

Publié dans Activité | Commentaires fermés

Exposition à l’hôpital de Tarbes

L’hôpital de Tarbes a mis en place un lieu d’exposition au sein de son service d’oncologie. De nouveaux artistes y seront exposés tous les 6 mois. Depuis hier, ce sont plus de 30 photographies prêtées par 8 membres de l’association (Philippe Abadie, Christian Bidaux, Patrick Godeau, Frieda Kreuk, Karine Laborde, Muriel Migeon, Ludovic Rossi, Pierre Sempé) que l’on peut y découvrir.

 

Publié dans Activité, Exposition | Commentaires fermés

Exposition « La pellicule dans tous ses états » à Luz-St-Sauveur

Publié dans Exposition | Commentaires fermés

Koudelka au Parvis

Film sur le grand photographe Koudelka, mardi 17 à 20h au Parvis:
http://parvis.net/le-programme/cinema/koudelka

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

Quinzaine de l’image à Maubourguet

Appel aux photographes de Peleyre pour sa quinzaine de l’image:
http://www.peleyre.fr/quinzainedel’im17.html

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

Exposition d’Elena Peinado à Omnibus

Omnibus expose la série El Paisaje ConMovido (Le Paysage ému) d’Elena Peinado Nevado, du 16 décembre au 21 janvier, du mercredi au samedi de 15h à 19h.

Publié dans Exposition | Commentaires fermés